Vous êtes ici : La cuisine > Guide du cuisinier > Nutrition et cuisine > Les algues, ça se mange ?

Les algues, ça se mange ?

algues brunes

Manger des algues ? En voilà une drôle d’idée… Et pourtant ! Il est vrai que de notre côté du globe, lorsqu’on prononce le mot "algue", l’image qui s’y associe est souvent celle d’une plante à l’allure curieuse, tentaculaire, mais également visqueuse et gluante, qui vient nous surprendre et se glisse entre nos pieds alors que nous étions tranquillement en train de nous baigner.

Et comme si cela ne suffisait pas, elle trouve aussi le moyen de sentir mauvais ! Mais la famille des algues ne se résume pas à celles que vous fréquentez sur la plage. Le jardin maritime fonctionne comme le jardin terrestre : il y a les bonnes, et les mauvaises herbes. Et vu le palmarès des algues dans la catégorie "capital santé", il serait dommage de s’en priver, d’autant plus que cette appréhension du légume aquatique est surtout affaire de culture. Dans les pays comme le Japon, l’algue est consommée de façon aussi banale que la salade l’est chez nous.

Apport nutritif des algues

Il existe des tas de variétés d’algues, et chacune a ses propres propriétés nutritives. Néanmoins, elles ont toutes, dans différentes proportions, selon la profondeur où elles poussent, les mêmes éléments nutritifs.

  • Antioxydant : les algues sont riches en vitamine C et E, flavonoïdes, acides phénoliques et caroténoïdes. Autant d’éléments qui assurent une vitalité maximale, tout en luttant contre le vieillissement de la peau.
  • Eléments anticancéreux : polyphénol, sélénium (qui est également un protecteur cardiaque), fucoxanthine.
  • Iode : l’iode permet de lutter contre les problèmes de thyroïde
  • Les algues sont également riches en fer et en fibres
  • Tout en étant peu caloriques : en moyenne 40calories pour 100g.

Les algues : excellentes pour la santé

algues vertes

Quelle que soit la variété, le capital santé de l’algue reste remarquable. Toutes permettent de faciliter le transit intestinal et aident à contrôler son poids. En effet, intégrer des algues dans un régime est d’une aide précieuse, car les algues réussissent le pari fou d’être à la fois plus riches que n’importe quel autre aliment en minéraux, et peu caloriques.

Les algues sont également un bon moyen de faire un grand ménage de printemps. On ne parle bien entendu pas ici du ménage traditionnel (n’essayez pas de passer la serpillère avec une algue, ou vous risquez de vous en souvenir longtemps..) mais d’un ménage interne. L’algue contient en effet des acides alginiques, qui se comportent dans le corps comme des agents nettoyeurs, bravant tous les dangers pour capturer et piéger les métaux toxiques, et les renvoyer d’où ils viennent.

Par ailleurs, on ne le sait pas assez mais la consommation d’algues permet de faire baisser de façon conséquente les risques de cancer du sein. L’algue n’en n’est probablement pas le seul facteur, mais il est tout de même intéressant de noter qu’au Japon, où la consommation d’algues est aussi banale qu’un parisien heureux et souriant (le caractère ironique de cette phrase est laissé à votre appréciation) le nombre de personnes atteintes de cancer du sein est bien inférieur qu’en Occident. A titre d’exemple, le nombre de cancers du sein au Japon représente 20% du nombre de cancer du sein aux Etats-Unis.

Pourquoi l’algue aurait-elle quelque chose à voir là-dedans ? D’abord il faut savoir que le cancer du sein fait partie des cancers hormonodépendants, et est donc directement lié à l’équilibre des hormones dans le corps. Or les algues ont une action anti-oestrogénique, ce qui permet de créer une protection contre ce type de cancers. De plus, elles sont riches en iodes et en sélénium, éléments souvent en déficit chez les personnes atteintes. Par ailleurs, des études sur des rats ont montré que la consommation d’algue permettait de lutter contre le développement des tumeurs mammaires, et induisait la mort des cellules cancéreuses du sein. Les chercheurs travaillent encore à ce jour sur le potentiel des algues sur ce terrain.

Ces mêmes chercheurs ont en revanche reconnu que le si les japonaises sont si minces, les algues n’y sont pas pour rien ! Ils ont en effet reconnu ses qualités coupe-faim, drainantes, et nourrissantes. Ils ont également reconnu toute la richesse des algues en phytotérols, qui occupe la première marche du podium des molécules végétales anti cholestérols, et ce toujours pour un faible taux de calories, à contrario d’autres aliments contenant cette molécule.

L’algue pense aussi à vos yeux. Si à ce stade vous ressentez toujours un certain dédain pour les plantes aquatiques, force est de constater que des légumes qui participent à la bonne santé de vos yeux, c’est tout de même assez rare. Et pourtant, l’algue s’y engage. Les algues contiennent en effet de la lutéine et de la zéaxanthine, deux substances participant à ralentir le vieillissement des yeux, tout en prévenant les maladies dégénératives oculaires.

Manger une algue reste peut-être pour vous un concept assez bizarre. Eh bien, sachez qu’il existe toute sorte de recettes de cuisine à base d’algues. La choucroute de la mer est le parfait exemple d’un plat à la fois délicieux, et riche en algues.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Laissez un commentaire

Prénom ou Pseudo

E-mail

Commentaire

Code de sécurité à copier/coller : d3MxKa

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

A découvrir !